Bientôt des chatbots sur WhatsApp, Instagram et Facebook ?

Dans un avenir proche, l’arrivée imminente des chatbots bouleversera l’expérience utilisateur des réseaux sociaux du groupe Meta. Ce dernier s’est en effet engagé à repousser les limites de la technologie des robots conversationnels afin d’améliorer les interactions entre ses plateformes et les utilisateurs. Si cette révolution promet des services des plus personnalisés, elle pourrait également représenter un danger pour la protection des données personnelles.

Des chatbots dotés de personnalités sur les plateformes de Meta

D’après Financial Times, le groupe Meta est en train de développer des chatbots propulsés par l’intelligence artificielle. Baptisés « personas », ces agents conversationnels similaires à My AI de SnapChat ont pour but :

  • D’offrir une expérience réactive et plus fluide aux abonnés ;
  • De stimuler l’engagement des utilisateurs de Facebook, d’Instagram, de WhatsApp et de la nouvelle application Threads.

Leur lancement aurait lieu au mois de septembre. Les futurs chatbots Meta fonctionneraient sur la base d’algorithmes d’apprentissage automatique. Ils seraient capables :

  • De comprendre les besoins des utilisateurs ;
  • D’anticiper leurs préférences individuelles ;
  • De recommander instantanément des contenus pertinents ;
  • De donner des conseils ;
  • De répondre aux questions posées par les utilisateurs.

Le groupe Meta envisagerait également de doter ses agents conversationnels de visages et de personnalités propres. Toujours selon Financial Times, deux chatbots seraient en cours d’expérimentation. Le premier serait en mesure d’imiter Abraham Lincoln, tandis que le second prodiguerait des conseils de voyage en s’exprimant comme un surfeur.

Des robots conversationnels au service des professionnels

Face au succès prépondérant de ses concurrents, dont TikTok, Meta cherche à fidéliser les internautes en misant sur l’engouement que suscite l’intelligence artificielle. Toutefois, les chatbots qui envahiront bientôt Facebook, Instagram et autres plateformes sociales ne seront pas uniquement réservés aux utilisateurs finaux. Mark Zuckerberg espère également qu’ils seront utiles aux créateurs de contenu et aux entreprises.

En pratique, les professionnels pourront en profiter pour :

  • Optimiser leur présence en ligne ;
  • Rendre plus conviviales les interactions avec les clients ;
  • Gérer efficacement leurs requêtes ;
  • Proposer des contenus plus pertinents ;
  • Personnaliser les offres promotionnelles ;
  • Gagner du temps en automatisant certaines tâches (répondre aux commentaires par exemple).

Un risque pour la sécurité des données personnelles ?

Malgré les nombreux avantages des chatbots personas, leur déploiement n’est pas sans risque. Ils pourraient en effet impacter la vie privée des membres actifs sur Facebook, Instagram, etc. Nous savons tous que les algorithmes des moteurs de recherche comme Google adaptent les publicités aux requêtes qu’on leur soumet.

Pour leur part, les agents conversationnels alimentés par l’IA soulèvent davantage d’inquiétudes, car ils impliquent un partage des données personnelles encore plus poussé. Ils représentent une véritable mine d’or pour la collecte d’informations relatives aux centres d’intérêt et aux préférences des internautes. Certes, ces détails sont indispensables au ciblage publicitaire, principale source de bénéfices du géant américain Meta. Toutefois, leur traitement par les chatbots mérite d’être suivi de près pour éviter les abus d’IA.

Rappelons qu’avec les données sensibles recueillies, il est possible d’identifier ou de localiser telle ou telle personne. Par ailleurs, rien ne garantit que les chatbots ne partageront pas ces informations à des tiers sans obtenir le consentement explicite de leurs propriétaires.

Quoi qu’il en soit, les entreprises devraient se préparer à l’arrivée imminente de ces amis virtuels et trouver la bonne manière de les inclure à leurs stratégies de social media marketing.

Retour en haut